coronavirus change t il le monde : télétravail, penser autrement le présent

Pandémie Covid-19 enfante le télétravail

Faire face à la crise : le maître mot est lancé tant pour une prise de conscience, qu’à vouloir déconfiner de cette idée fixe . En premier il s’agit d’une épidémie pour les optimistes une pandémie pour les économistes les jongleurs de statistiques, voire une endémie pour les plus pessimistes. La découverte du vaccin replacera-t-il le monde sur son axe avec ou sans inclinaison à l’image de notre planète.

Sur le plan sanitaire

De la stupeur à la prise de conscience il s’est écoulé quelques mois. Maintenant les politiques reprennent la main sur les scientifiques du moment. Les actions en bourse montrent la direction du futur si l’on croît toujours que la bourse des valeurs anticipe l’actualité. Elle fait la part belle aux laboratoires de recherche d’une part, au pays les plus avancés ou simplement en période électorale, d’autre part. Le monde appartient à celui qui se lève tôt, quitte à s’y méprendre avec le pays du soleil levant.

Sur le plan sportif et culturel

Nous assistons au match entre les dirigeants et les sportifs à la télévision, car la jauge est fluctuante et au « tour de vis » mouillé pour parodier le doigt mouillé.

Le tour de France , les 24 du Mans, et bien plus encore reportent les compétitions avec plus ou moins de chance. La France  cherche un monde sportif meilleur.

Roland Garros attendra ! Roland Garros voulait en finir avec la pluie. Hélas le toit gigantesque ne protègera pas du COVID 19 et sera bien dérisoire si le virus envahit le stade. 5.000 spectateurs pas plus composeront le cluster Roland Garros 2020.

La troisième mi-temps clandestine

Les bars, les terrasses et les salles de sport et bien d’autres sites de loisir baissent le rideau, sans bien savoir si la réouverture aura à nouveau lieu  un jour . Sans être devin les interdictions resteront inefficaces contre les risques de se réunir avec ou sans autorisation.

Changer à cause du coronavirus ou grâce à cette crise sanitaire

Observateurs de tous bords repensent pour nous ce que la société sera ou à qui elle devra ressembler?

Moment historique pour les uns, opportunité historique relire Malraux  » notre unité d’action ? c’est l’interrogation ! rassembler autour d’une vision collective au coeur de l’action ..voilà qui est dit .

L’isolement, le confinement, l’arrêt de toute activité humaine ouvre des horizons jusque là inexplorés. Tout d’abord faute de temps, mais surtout parce que il n’y à plus d’interdépendance obligée, nous sommes face à nous même, encore plus loin dans l’expectative des jours nouveaux, dans l’espoir d’un meilleur destin.

Les grandes crises ont porté leurs fruits, d’innovation, de projets libres d’être  isolés en dehors des instituts hiérarchisés. La réflexion est d’autant plus élaborée que l’environnement perturbant, le bruit des engins s’est tu, alors les oiseaux occupent des lieux insolites d’habitude réservés jusque là à la circulation.

Penser à s’évader en plein confinement, c’est bien le propre des humains. Utiliser tous les moyens qui soient à portée immédiate : la télévision, les communications par fil, par Wifi, GPS , visio conférence, etc … donnent tout à coup des ailes et ouvrent tout d’abord un soupirail puis une fenêtre sur l’avenir balbutiant : le télétravail par exemple.

Ce n’est rien à priori, le télétravail existe déjà, mais pas sous cette forme. En effet, en France ! les lois les règlements, les accords d’entreprise, les débats et manifestations président à l’accouchement « d’une souris » parfois. Cette fois ci les salariés sans faire valoir de DROIT de retrait emportent quelques matériels de l’entreprise et s’installent dans leur cuisine, dans leur salon ou autres endroits des plus insolites avec la ferme volonté de se raccrocher à la vie sociale.

Enjeux économiques en tirant le fil d’Ariane


Le télétravail pour réinventer l’esprit d’entreprise

Au delà des risques imminents de boggage,  d’intrusion de  virus « Ransomware » les salariés utilisent les logiciels de l’entreprise avec une productivité plus que raisonnable semble t il. A tel point que les grandes entreprises modifient et redéfinissent leur mode de travail, renforcent les outils de cybersécurité et revisitent les moyens à mettre en oeuvre pour vivre ce bouleversement dans une cohésion qui reste à inventer, veiller aux équilibres fragiles et sensibles : la confiance, la performance et en définitive le contrôle. Voilà le télétravail sur la planche à dessin.

Les entreprises devront laisser place à la concertation, l’innovation d’où qu’elle vienne, notamment avec la mise en place de la 5G si le confinement devait l’emporter, privilégier une sorte de brain’storming en direct, afin de placer le curseur de manière évolutive pour accompagner l’ avenir « phygital » entre éloignement et « présentiel » d’un côté et sentiment de confinement dans des postes difficilement conciliables voire impossible à distance.

Immobilier son évolution après confinement

Les professionnels ont pris conscience du virage amorcé vers les périphéries, les zones de campagne à une heure voire deux heures de l’entreprise, de la recherche des résidences principales.

D’ailleurs les grands constructeurs n’ont pas attendu pour incorporer dans leur programme nouveau un « cocktail » de coworking, de « mutualisation » de certains espaces, de bureaux même de chambre d’amis sans oublier des espaces communs aménagés, paysagés, sans oublier non plus,  les places de parking qui pourraient recevoir des véhicules de salariés environnants le jour et retrouver les voitures des propriétaires occupants le soir.

Les logements sont conçus en priorisant les conceptions modulaires, réfléchir à l’idée d’utilisation des petits espaces perdus en ce moment. L’idée du télétravail, du travail à distance est dans les toutes les têtes.