La finance, un recours pour tous, ou la finance ennemie invisible

La finance

 La Finance ou les Finances ?

Voici, deux mots semblables et si différents ?

La finance sera au singulier, sans doute plus “singulière” dans son acception . Elle énonce un ensemble de valeurs commune, qui nous concerne tous. Travailler dans la finance, la haute finance, on pense trésor public tant le mot exprime une autorité par l’argent. Alors que les finances rassemblent les techniques, les organisations, l’immobilier en quelques sortes les impôts. L’étude de  ressources publiques et de charges surtout, renvoie aux comptes des collectivités ou de l’état.

Les articles financiers.

Donc, nous serons amenés, plus souvent  à employer la forme singulière, je pense pour évoquer les projets plus personnels, tandis que les finances seront l’occasion d’approfondir la politique budgétaire du pays, dans ses grandes orientations. Nous aborderons aussi les modifications que celle ci nous imposent par leur changements.

Qu’est ce que la finance, comprendre la finance, de l’entreprise?. Et pourquoi pas à la manière d’une campagne électorale, citons  la finance pour tous. ces termes  feront tour à tour leur apparition dans mes articles, avec une pointe d’humeur ou d’humour selon mes états.

La vulgarisation de la finance

Espérant que les choix dans ce domaine seront judicieux, quoique le plus souvent servis par l’actualité du moment. Il me sera permis de donner mon avis eu égard aux commentaires sur les événements et notamment sur ce que j’appelle les raccourcis de synthèse. En effet, l’angle du point de vue nous montre volontiers la partie enjolivée que le politique s’attache à mettre en valeur. Ainsi  il serait bon  de voir également les motivations profondes qui enrobent les informations, telle une taxe ajoutée sur le carburant gasoil, au motif écologique, comme si d’un claquement de doigt on pouvait pour les beaux yeux de la ministre de l’écologie, nous détourner de cette ressource polluante. N’empêche que la taxe s’applique bel et bien.

Dans un autre registre les impôts nouveaux  nous obsèdent tant ils nous concernent. La contrepartie de ces obligations, se réfugie dans l’épargne, secours de première urgence si besoin.

Jacques Guidaniel