Producteurs et éleveurs créent leur marque de lait

Eleveurs et producteurs de lait , se lancent.

La crise ne change pas de camp. Malgré les organisations, les gouvernements, la communauté économique Européenne, rien n’y fait le producteur agricole, n’est pas en mesure d’imposer « sa loi » du commerce.

Au temps des coopératives que se passait il ?

Hé bien les éleveurs,  se tournaient vers la production de lait, il y une cinquantaine d’années. Toutefois il recherchait  la  « mensualisation » des revenus agricoles déjà modestes. L’idée se valorisait par la main d’oeuvre des épouses qui assuraient la traite des vaches.

Ainsi l’éleveur diversifiait  sa petite exploitation  de 30 Ha en moyenne. Déjà, les premières coopératives sont nées du regroupement, de quelques éleveurs les plus dynamiques. C’est ainsi qu’en Anjou les coopératives regroupaient les communes  environnantes. En définitive, la solution était trouvée. Seulement ces coopératives ont du faire face à la concurrence des groupes commerciaux dans leur périmètre. Ainsi nous avons assisté assez rapidement à la concentration de ce modèle associatif à taille humaine. A vrai dire l’organisation des coopératives tentaculaires ont progressivement perdu en compétitivité. Résultat, les dirigeants des petites coopératives n’ont pas été relégués sur des postes subalternes. Il s’en suivit   notamment  des charges de gestion lourde et une moindre réactivité face aux les industriels.

Qui collecte le lait aujourd’hui ?

Dans la région, Lactalis devient monopole après les absorptions successives des laiteries concurrentes dans le secteur. Ici, nous voyons se reproduire l’effet de la concentration vue sur les coopératives ci-dessus. Seulement le géant poursuit un but de rentabilité bien aiguisé. En somme, la crise vient de facteurs convergents, une production  de lait en expansion, alors que la  consommation stagne, En dernier lieu les exportations chutent.

La crise persiste depuis longtemps, les aléas climatiques, le coût des matières premières indexées sur l’économie industrielle, nous ramène dans les mêmes travers. Encore une fois le recours à la subvention, présentée comme une manne provisoire, attend je ne sais quelle providence . En réalité, les éleveurs vivent sous perfusion et cela depuis des lustres !

Verra t on s’instaurer un salaire universel agricole à l’image du revenu universel prôné comme la panacée .

Des idées et des hommes dynamiques

Ne pas recréer de coopératives qui ont connus leurs limites, mais plutôt une union en forme d’unité de production capable de commercialiser « en directe ». La solution paraît séduisante, une sorte de CUMA en somme, un financement participatif tout à fait d’avant garde. Un modèle qui vient tout droit de ce que j’appelle « Les nouveaux métiers » une Start-Up, un crowdfunding « participatif, au nez et à la barbe des Banques sur place, complètent le plan de relance.

La démondialisation en quelque sorte, en parallèle  de la vente en directe sur le bord des routes. Encore une démonstration qui conforte nos voisins adepte du Brexit.

Souhaitons bonne chance à nos éleveurs qui jouent leur avenir par un travail acharné, en dépit de ministre de l’agriculture absent pour cause de pré-campagne électorale semble t il ?

Jacques Guidaniel

 

No votes yet.
Please wait...

Auteur : Jacques GUIDANIEL

Ex-responsable de Banque, Bloggeur sur QuelAvenir.fr Pseudo