La croissance mollit au 3éme trimestre

Towers of grain drying enterprise. metal grain facility with silos

Croissance es tu là ?

Depuis le début de l’année cette croissance joue au yoyo . Après un premier trimestre à 0.7 pour les plus optimistes voire 0.6 pour retrouver la réalité, il semble que l’embellie rappelle le temps des giboulées. Les hésitations d’une croissance naissante s’explique dans divers domaines . D’abord, elle n’est qu’un résultat, une récolte d’un ensemble d’activités antérieures, concordantes à la hausse ou à la baisse, seule la moyenne est retenue. Les aléas sociaux, l’insécurité sans doute, mais d’autres facteurs économiques font défaut.

La  prévision sur quoi s’appuie  le budget 2017

Avec 1.5 de croissance prévu, on anticipe la campagne présidentielle et fait des annonces électoralistes : hausses des salaires pour certaines catégories, et  baisse des impôts pour d’autres, etc …on retient les distributions en direction du CICE, pensant que  la relance est en accélération sur les bons  rails. Peut être une instabilité des dirigeants politiques dans leurs décisions ont pu déstabiliser la sphère économique. Ce sont des hypothèses, rien d’autre !

La croissance constatée par secteur

La relance est chancelante, à la lecture, des trous d’air pourrait on dire s’entrelacent. Ainsi la consommation des ménages est  hésitante et à elle seule fait varier le taux de croissance. Toutefois sa variation se conjugue avec les stocks des entreprises  En effet, les entreprises continuent à produire, de manière supérieure à la demande semble t il ?  Par ailleurs cette augmentation de stocks anticiperait également les consommations des ménages de fin d’année.

L’investissement des entreprises est négative (-0.3%), conjointement la consommation des ménages à stagné. Dans le même temps le commerce extérieur se rétracte à (-0.5 point de pib après un premier trimestre à +0.6  )

La croissance prévisionnelle

La production totale des biens et services augmente de 0.4%, les investissements des entreprises baissent alors que leurs stocks augmentent.

Tout ceci s’explique par  la contrepartie de la baisse de la consommation et du commerce extérieur. Un signal fort de la part des dirigeants politiques tarde à venir, car il est bien question d’instabilité au plus niveau de l’Etat. Les opinions défavorables nuisent à l’investissement des entreprises principal moteur de la croissance.

No votes yet.
Please wait...

Auteur : Jacques GUIDANIEL

Ex-responsable de Banque, Bloggeur sur QuelAvenir.fr Pseudo