La cause de divorce pour vendre un bien immobilier

Quand il est question de cause de divorce pour vendre son bien immobilier, mais comment faire pour vendre dans des conditions qui restent satisfaisantes.
Vendre son bien immobilier pour cause de divorce

Pour cause de divorce devient une situation banale. Les conséquences pour cause de divorce se ressemblent beaucoup d’un couple à l’autre. Pourtant les suites varient suivant les tracas et les intérêts qui s’opposent.

Immobilier : vendre pour cause de divorce

Si le motif est porteur, du côté de l’acheteur, « vendre pour cause de divorce », il ne doit pas être signe de braderie du côté vendeur. En effet, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, si l’on peut imager la scène.

La première chose à faire quand le divorce reste la seule issue au couple en difficulté, est de liquider la communauté.

Comment liquider la communauté pour cause de divorce

La procédure du divorce est depuis le début de 2017, modifié de sorte que le divorce par consentement mutuel, soit réglé différemment. La rapidité du dénouement était la préoccupation première du législateur. Encore fallait il baliser les procédures, et les émoluments des acteurs de la justice. Pour cela, deux avocats se partagent la mise en oeuvre du partage, sous forme de convention amiable.

Les biens immobiliers vendus pour cause de divorce

La liquidation des biens immobiliers se réalisent en priorité. Ainsi, le partage entre les époux ne sera pas enregistré dans la liquidation de la communauté. En effet, à partir de la date du divorce les partages de la communauté sont taxés à 2.5% .

Maison à vendre à  cause du divorce

Bien entendu cette affiche placardée sur le portail ne serait pas du meilleur effet. En revanche que l’annonce faite sur le site de vente de particulier à particulier le mentionne est tout à fait opportun. La mise en vente de la maison occupée par le couple ne sera profitable aux vendeurs qu’à la condition de pourvoir faire  visiter la maison « en bonne intelligence ». En effet, l’acheteur voit une maison toute  équipée, en fonction de projets qui n’avaient surement pas intégrés l’éventualité de se séparer. Bref, l’acheteur voit la maison à vendre « en arrêt sur l’image », dans le déroulement de la vie d’un couple. En revanche, si le couple se déchire le prix subira une décote  » de gré ou de force », car la parole revient à l’acheteur dit on !

Quelavenir

J Guidaniel

Rating: 3.0. From 1 vote.
Please wait...

Auteur : Jacques GUIDANIEL

Ex-responsable de Banque, Bloggeur sur QuelAvenir.fr